Un parcours de formation pour aborder le sujet du sexisme

 

Des publications sur l’égalité femmes-hommes, nous en lisons tous les jours. Nous n’allons pas vous réexpliquer combien il est urgent de lutter contre le sexisme et d’instaurer la véritable égalité. Vous le savez.

Alors pourquoi vous proposer encore une formation ?

 

Parce qu’avec nos partenaires Ayming et le Laboratoire de l’Egalité nous voulons aborder le sujet à l’envers : de l’intérieur vers l’extérieur.
Je m’explique : nous pouvons écrire toutes les lois que nous voulons et « imposer » l’égalité femmes-hommes avec des chiffres. Rien ne changera vraiment si, en nous, ne s’opère pas une véritable prise de conscience. Dans le monde du travail comme dans notre société, le sexisme est là, partout. Parce qu’il est en nous.

Et là, je m’adresse aux hommes comme aux femmes. Certes, les femmes sont très majoritairement victimes du sexisme, mais ne nous voilons pas la face, nous savons manier le concept. Avez-vous déjà rencontré un homme sage-femme ? Observez la surprise teintée de méfiance des futures accouchées. Sera-t-il à la hauteur, nous comprendra-t-il vraiment ? Pas sûr. Pourquoi ? parce que c’est un homme, tout simplement.

Allons plus loin : pourquoi le métier d’auxiliaire de puériculture est-il sous-valorisé ? Parce qu’au lieu de lui associer des compétences mixtes (responsabilités liées au soin de nourrissons et de très jeunes enfants), nous nous enfermons dans l’idée qu’il suffit d’avoir l’instinct maternel pour exercer ce métier. Et ce sont les femmes qui ont l’instinct « maternel ». Résultat, les hommes n’investissent pas ce métier et les femmes n’osent pas mettre en valeur leurs compétences.

Et c’est là qu’il devient plus ardu de proposer une formation car il est inutile de proposer des solutions venues d’en haut, à mettre en place par le management. Non, elle demande une prise de conscience de nos propres stéréotypes, même à nous qui croyions ne pas verser dans le machisme, pour être ensuite capables de nous ouvrir au changement.

C’est pourquoi nous avons choisi de mener ce parcours pas à pas, en abordant chaque domaine du monde du travail selon le même rythme : prise de conscience de nos stéréotypes / bonnes pratiques pour changer les choses au quotidien / ancrage ludique de ces connaissances.

Le micro-learning devient alors l’outil idéal pour cette démarche. Nous pouvons lire cette formation de façon fragmentée, dans l’ordre que nous souhaitons. Chaque module devient presque une formation en soi, sur un domaine du monde du travail. Parce que la révolution viendra de l’intérieur.

 

Sylvie Vasseur, Learning Designer chez SkillsDay

Related Blogs

No Image
No Image
No Image